Meursault-Bouchères

Premier Cru

  • Millésime

    L'hiver doux a entraîné une reprise précoce du cycle de la vigne.
    Le printemps, a été sec provoquant une floraison rapide.
    Le 28 juin 2014, un violent orage de grêle frappe (encore) en Côte de Beaune, détruisant une bonne partie de la récolte. L'été vire à la pluie. Malgré tout, les raisins mûrissent à un bon rythme sans souffrir. Début septembre, le soleil et la chaleur s'installe. Les raisins perdent le jus emmagasiné lors des fortes pluies d'été mais le cycle des maturités se poursuit parfaitement jusqu'aux vendanges du 11 au 22 Septembre, nous offrant de magnifiques équilibres dignes des grands millésimes.

  • Description

    Le mot « bouchot » en bourguignon signifie "buisson" ou "petit bosquet". A l'époque, la présence de buisson servait à caractériser les lieux-dits. Dans celui-ci, qui est l'un des plus petits de Meursault, la roche y est tellement présente qu'il n'y a que des buissons qui y poussent, d'où son nom.

  • Vigne & Terroir

    Notre parcelle de chardonnay plantée dans les années quatre-vingt-dix, de 0.61 hectare, est située au-sud-ouest du village et est exposée sud-est. Le terroir se caractérise par une forte pente et des terres peu profondes où la roche n'est jamais très loin. Les vignes bénéficient d'un sol argilo-calcaires, très pentu et très pierreux, avec une terre blonde.

  • Vinification & Elevage

    Apres une vendange manuelle, les raisins sont pressés en grappe entière longuement et fortement. Les jus, une fois débourbés sont entonnés dans des fûts de chêne ou se passeront la fermentation alcoolique et malolactique grâce aux levures naturelles aussi appelées indigènes, sans batonnâge. Nos fûts en chêne français sont renouvelés à hauteur de 20%.
    Après 12 mois d'élevage le vin est soutiré et finira en cuve inox 6 mois de plus.
    Le vin est filtré avant la mise en bouteille.

  • Dégustation

    Le nez reconnaît le grand de Meursault : un bouquet où se fondent les notes de citrons confits, de lauriers, de fines herbes et d'iode, en contrepoint de quelques notes boisées. On ressent beaucoup de distinction.
    La bouche révèle un Meursault tendu mais sensuel qui étend son gras fruité avec autant de plaisir que de noblesse, beaucoup d'équilibre. De jolis amers dynamisent la finale et l'on pense alors à cuisiner des poissons rares, de roche, et des volailles de fête.

Envoyer la fiche

Le pdf a bien été envoyé.

Envoyer