Puligny-Montrachet

Premier Cru Les Folatières

  • Millésime

    L'hiver doux a entraîné une reprise précoce du cycle de la vigne.
    Le printemps, a été sec provoquant une floraison rapide.
    Le 28 juin 2014, un violent orage de grêle frappe (encore) en Côte de Beaune, détruisant une bonne partie de la récolte. L'été vire à la pluie. Malgré tout, les raisins mûrissent à un bon rythme sans souffrir. Début septembre, le soleil et la chaleur s'installe. Les raisins perdent le jus emmagasiné lors des fortes pluies d'été mais le cycle des maturités se poursuit parfaitement jusqu'aux vendanges du 11 au 22 Septembre, nous offrant de magnifiques équilibres dignes des grands millésimes.

  • Description

    Le terme « foulot » désigne les feux follets et les brouillards qui se manifestent dans des endroits humides.
    « Les Folatières » désigne le nom de l'ancien français « foletière », «lieu hanté par les follets», des êtres de légende, lutins d'une grâce légère et vive, que l'imaginaire populaire voyait danser au-dessus des eaux stagnantes de cette parcelle par temps humide.

  • Vigne & Terroir

    Nos vignes de chardonnay plantées dans les années soixante-dix, de 0.35 hectare, sont implantées sur des sols calcaires et marneux et bénéficient de l'exposition idéale sud-est. La qualité de ce terroir, mi calcaire, mi argileux, nous laisse penser, par l'équilibre qu'il procure au vin, qu'il est l'un des meilleurs 1er cru de Puligny-Montrachet.

  • Vinification & Elevage

    Apres une vendange manuelle, les raisins sont pressés en grappe entière longuement et fortement. Les jus, une fois débourbés sont entonnés dans des fûts de chêne ou se passeront la fermentation alcoolique et malolactique grâce aux levures naturelles aussi appelées indigènes, sans batonnâge. Nos fûts en chêne français sont renouvelés à hauteur de 20%.
    Après 12 mois d'élevage le vin est soutiré et finira en cuve inox 6 mois de plus.
    Le vin est filtré avant la mise en bouteille.

  • Dégustation

    Le nez est plus riche que celui du 1er Cru « La Garenne », les arômes de fleurs blanches (sureau, jasmin et fleur d'amandier) se mélangent à la pierre et forment ensemble un nez très parfumé, démonstratif, qui sidère immédiatement les sens.
    Énergique, étiré, le vin dévoile en bouche un caractère tellurique : un vibration qui court, plonge et persiste infiniment dans une finale fraiche presque mentholée. L'immense terroir donne un vin hors-norme, plus complet et brillant, et dont la force même est une délicatesse.

Envoyer la fiche

Le pdf a bien été envoyé.

Envoyer